Tout savoir sur les filtres solaires

30 Octobre 2019 | Par Marie | Zoom ingrédient

Tout savoir sur les filtres solaires

Les filtres solaires sont des ingrédients indispensables pour protéger la peau des rayons UV. Organiques, minéraux, chimiques ? Mais qui sont-ils vraiment ? Voici quelques éléments de réponse.

Le soleil c’est la vie. Certes, mais pour la peau c’est plus complexe que cela. Car si les avantages du soleil sont bien réels, comme la synthèse de vitamine D ou le coup de boost au moral, ses rayons ne sont pas toujours bienveillants. C’est pourquoi les filtres solaires ont été développés !

 

Pourquoi utiliser des filtres solaires ?

Avant de parler de filtres solaires, un petit rappel sur le rayonnement ultraviolet (UV) ne fait jamais de mal. Le soleil produit différents rayonnements (ondes électromagnétiques) dont certains parviennent jusqu’à nous, et d’autres non. Parmi ceux qui arrivent à la surface de la planète, on compte la lumière visible, les infra-rouges (qui donnent la chaleur) et le rayonnement ultraviolet (UV). C’est de ce dernier que nous allons parler, car c’est celui contre lequel nous protègent les filtres solaires. Il existe 3 types d’UV :

  • Les UVA : moins énergétiques que les UVB, mais avec une longueur d’onde plus grande, ils pénètrent en profondeur dans la peau, jusqu’au derme. Ce sont les responsables de l’activation immédiate de la mélanine (le pigment du bronzage), mais aussi et surtout du vieillissement de la peau (photovieillissement). Ils sont également impliqués dans la survenue de certains cancers de la peau ;
  • Les UVB : plus énergétiques, avec une longueur d’onde plus courte que les UVA, ils ne pénètrent pas plus loin que la surface de l’épiderme. Ils sont responsables du bronzage progressif, mais aussi des coups de soleil et de la majorité des cancers de la peau ;
  • Les UVC : très dangereux, ces rayons UV n’atteignent heureusement pas la surface terrestre.

Les filtres solaires sont le seul moyen de protéger sa peau des UV (à part éviter l'exposition !). Ils permettent notamment de prévenir l'apparition des cancers cutanés (les UV favoriseraient les lésions de l'ADN) et également de protéger la peau du vieillissement cutané prématuré.

Il existe deux catégories de filtres UV : les filtres chimiques (ou organiques) et les filtres minéraux (ou inorganiques).

 

Les filtres solaires chimiques

Plutôt que filtres chimiques, on devrait les appeler filtres synthétiques. Car ils sont, pour la plupart, fabriqués par des procédés de synthèse, même si certains, comme le salicylate de benzyle, existent à l’état naturel dans les végétaux. Ils absorbent le rayonnement UV et le transforment en chaleur (mais rassurez-vous, pas assez pour le sentir sur la peau !). Une fois qu’ils ont absorbé les UV, ils sont dégradés et ne filtrent plus. C’est en partie pourquoi il faut renouveler aussi fréquemment l’application d’un produit solaire : les filtres UV sont « consommés » en absorbant les UV, il faut donc appliquer une nouvelle couche de filtres « frais et dispo » !

Contrairement à ce qui peut être lu ici et là, les filtres chimiques n’ont pas besoin de « s’activer » ou de pénétrer la peau pour être efficaces. Un produit solaire est d’ailleurs plutôt formulé pour rester en surface de la peau. 

Diverses polémiques entachent la réputation des filtres UV chimiques. La principale concerne l’impact sur les coraux. À date, les études montrent que c'est surtout le bloquage des UV qui contribueraient au périssement des coraux. Tous les filtres solaires seraient donc concernés. Mais rassurez-vous, des scientifiques spécialistes des coraux ont déjà déploré cette focalisation sur les filtres solaires (sans réel fondement scientifique), alors que les vrais dangers pour les coraux sont le changement climatique, les menaces biologiques et la qualité des eaux. 

 

Les filtres solaires minéraux

Les seuls représentants des filtres minéraux sont le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc, qui peuvent être présents sous forma nanoparticulaire (dans ce cas, le nom est suivi de [nano] dans la liste d’ingrédients) ou non.

Contrairement à ce qui a toujours été dit, les filtres minéraux ne forment pas un « bouclier » en réfléchissant les rayons UV. Des études récentes montrent que ce mécanisme existe, mais il est minoritaire. En fait, tout comme les filtres chimiques, les filtres minéraux absorbent le rayonnement UV et le transforment en chaleur. Et tout comme les filtres chimiques, il faut en réappliquer régulièrement, mais surtout parce qu’ils ont tendance à former des petits « tas » au fil du temps et ne forment plus un film homogène.

 

Comment choisir sa protection solaire ?

Il y a un principe simple dans la protection solaire : le bon solaire, c’est celui que vous mettez ! Si vous trouvez un solaire qui vous convient, et que vous l’appliquez régulièrement sans que ce soit une punition, c’est l’essentiel. Il faut donc parfois essayer plusieurs produits pour trouver celui adapté à votre type de peau, à l’usage (en ville ? à la plage ?) et à votre mode de vie (sous le maquillage ? matifiant ?).

Le premier critère de choix d’un produit solaire, ce devrait être la protection qu’il apporte. Cela paraît logique, mais beaucoup de personnes choisissent encore leur solaire plutôt sur la praticité (« un spray c’est plus pratique ») ou le prix. Le choix du degré de protection dépend de votre phototype (les peaux plus claires s’orienteront vers un SPF élevé), vos éventuelles problématiques de peau (par exemple, une peau sujette aux taches devra impérativement utiliser un SPF50 ou 50+) et les conditions d’exposition (l’exposition aux UV sous les Tropiques est beaucoup plus importante qu’en France). Attentions cependant, les peaux foncées doivent également se protéger correctement, car la mélanine naturelle de la peau (ou du bronzage) n’est absolument pas suffisante.

N’oubliez pas non plus de vous protéger des rayons UV même s'il fait nuageux, car jusqu'à 80 % des rayons UV peuvent traverser une couche nuageuse légère, la brume et le brouillard. Et les UVA ne sont arrêtés ni par les nuages, ni par les vitres.

 

Comment lire l’étiquette d’un produit solaire ? 

En Europe, l’information principale sur un produit de protection solaire, c’est le facteur de protection solaire (FPS, ou SPF en anglais pour Sun Protection Factor). LE FPS correspond à la performance du produit évaluée par rapport aux UVB. Sur les produits asiatiques, la protection UVA est signalée par PA suivi d’un ou plusieurs « + » (plus il y en a, plus la protection UVA est élevée). En France, la protection UVA n’est pas quantifiée sur le packaging (même si beaucoup de marques apposent un sigle UVA), mais elle correspond à 1/3 du FPS ou plus.

Le reste des allégations concerne les autres propriétés du produit : matifiant, résistant à l’eau, type de peau, etc.

 

Conclusion

Comme vous l'aurez compris, les solaires sont indispensables pour protéger sa peau des UVA et des UVB, notamment dans la prévention des cancers cutanés. Ils jouent également un rôle important pour agir contre le vieillissement cutané prématuré.

Incontournable pendant l'été, on peut aussi se tourner vers des solaires "écrans de ville" tout le reste de l'année quand on a la peau très claire ou qui développe facilement des taches pigmentaires. Ces écrans de ville apporteront également d'autres propriétés intéressantes à la peau (antioxydant, anti-pollution, matifiant, etc.).

 

ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

la boutique

Informations pratiques